130 rue de la gare 62220 CARVIN

Cabinet de parodontologie à Carvin (62)

Dr Michel Sanchez - Dentiste exclusif en soin des gencives dans le Pas-de-Calais

130 rue de la gare 62220 CARVIN
130 rue de la gare 62220 CARVIN

Le tabac et la parodontite

La parodontite est une affection inflammatoire d' origine bactérienne , qui détruit le système d'attache des dents ( ou parodonte ) . Des facteurs aggravants , dont principalement le tabac , vont initier ou moduler l' évolution de la maladie parodontale .

Tout le monde est bien conscient que le tabac envahit les poumons , mais on oublie que la première cible est la bouche , et en particulier la gencive , fort perméable à la nicotine .

Aux yeux du public , les méfaits du tabac au niveau buccal se manifestent essentiellement par des colorations brunes inesthétiques ou une mauvaise haleine. Pourtant , l'impact de la cigarette sur les muqueuses buccales est beaucoup plus néfaste qu'on ne le pense . On observe notamment :

- une altération physique de la muqueuse ( par augmentation de la température buccale ) et physico-chimique par les nombreux composants dangereux : goudron , formaldéhyde, ammoniac , benzène , toluène , ... près de 100 produits toxiques !

- une augmentation du débit salivaire et une modification de ses composants :  la minéralisation du biofilm dentaire va s'amplifier ( plus de dépôts tartriques )

- une perturbation de la flore buccale : la fumée du tabac sert de " booster " aux mauvaises bactéries ( alcalinisation du milieu buccal )

- une diminution de l' activité leucocytaire ( globules blancs , polynucléaires neutrophiles , ... ) et de la production d' anticorps : ce qui entraine une baisse globale de la réaction de défense face aux bactéries .

De façon plus ciblée , le tabac interfère sur la santé gingivale et parodontale par plusieurs mécanismes d'action :

PHYSIOLOGIE ET TABAC :

Le patient fumeur a 2 à 7 fois plus de risque de développer une parodontite qu' un patient non fumeur

- réduction de la vascularisation par une vasoconstriction de la micro-circulation sanguine gingivale et osseuse .

- altération des fibroblastes , cellules productrices du collagène qui constitue la charpente des tissus mous et osseux . La nicotine inhibe en outre la synthèse de ce collagène,  et entrave aussi le processus de cicatrisation .

- hyperkératose de la gencive ou lésion blanche de la muqueuse buccale ( risque de transformation maligne ) .

Le parodonte du patient fumeur doit être considéré comme affaibli, fragilisé et de fait, plus vulnérable aux diverses sollicitations et irritations, mécaniques, physico-chimiques et surtout infectieuses.

TABAC ET MALADIES PARODONTALES :

Toute thérapeutique parodontale , chirurgicale ou non , n'est pas conseillée si le patient ne souhaite pas arrêter de fumer .

- Le patient fumeur a 2 à 7 fois plus de risque de développer une parodontite qu' un patient non fumeur .

Chez le fumeur atteint d'une parodontite :

          - la perte d'attache est plus marquée au niveau des incisives maxillaires ,  surtout les faces palatines ( impact direct de la fumée du tabac ) .

          -  le tabac augmente la sévérité de la maladie parodontale ( une plus grande destruction osseuse ) , et cela est d'autant plus marqué que la consommation de tabac est importante et ancienne ( effet dose-dépendant ) .

            -  en général la quantité de tartre est plus importante, mais les signes cliniques de l'inflammation sont le plus souvent réduits ou absents : pas de saignements , de rougeurs ,... Ce qui semble paradoxal , mais s' explique par l' effet " hémostatique " de la nicotine . La parodontite étant par essence une maladie relativement silencieuse , la discrétion de ces signes d'alerte vont retarder encore plus la prise en charge des problèmes parodontaux .

           - le nombre de bactéries pathogènes ( responsables de la parodontite ) est accru car le flux salivaire est plus abondant et le pH buccal plus élevé.

TABAC ET TRAITEMENT PARODONTAL :

- L' objectif primordial du traitement parodontal est d' obtenir une cicatrisation  , c'est-à-dire une " fermeture " des poches parodontales  ( lire aussi : "Le traitement des parodontites " ) . Les perturbations vasculaires et immunitaires induites par la nicotine vont  compromettre  cette cicatrisation de façon considérable .

- Je pense donc que tout traitement parodontal , chirurgical ou non , n'est pas conseillé si le patient ne souhaite pas arrêter de fumer . En effet , de nombreuses études montrent que 90% des échecs thérapeutiques  surviennent chez les patients fumeurs !

- Pour le patient désirant se débarasser du tabac , le chirurgien-dentiste ( généraliste ou spécialiste ) devra  l' accompagner au mieux sur le chemin difficile du sevrage . La prescription de substituts nicotiniques par le dentiste est désormais recommandée et facilitée par un remboursement ( forfaitaire ) de la sécurité sociale . Ces produits  viennent compenser le manque de nicotine ressenti au cours du sevrage tabagique . Ils permettent de se libérer de la dépendance physique à la nicotine et doublent les chances d' arrêter de fumer sur un an . En plus des classiques patchs cutanés ( ou transdermiques ) , le choix s'est  considérablement élargi avec : les inhalateurs , les tabs ( comprimés sub-linguaux ) . Il faut bien sûr éviter les gommes à mâcher ou comprimés à sucer , car la nicotine libérée va pénétrer dans la gencive , aussi facilement que celle contenue dans la cigarette .

Tout " fumeur récidiviste " sait bien qu'il n'existe pas de technique universelle ou miracle pour un arrêt complet et définitif  de la consommation tabagique ; et faire appel à la médecine spécialisée ( tabacologue ) est souvent recommandée pour bénéficier de multiples remèdes  comme : l' hypnose , l' acupuncture , la phytothérapie , l' homéopathie , les TTC ( thérapies comportementales et cognitives ) , ...

Le tabac augmente considérablement la prévalence et la sévérité des parodontites .

  • - Il ne faut jamais oublier que le risque de développer un cancer buccal est six à quinze fois plus élevé chez les fumeurs.

  • - Compte tenu du véritable « handicap » que constitue le tabac pour la santé en général et la cicatrisation parodontale en particulier, l’intérêt du sevrage tabagique prend toute son importance , avant de réaliser le traitement parodontal .

Dernière mise à jour le: 25/09/2020

Article rédigé par le praticien